Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 05:43



Je rentre à vingt heures, pile pour les informations, j’accroche mon pardessus et mon chapeau à la patère. René et Charles sont déjà devant l’écran bleu, installés dans les fauteuils carrés qui flanquent l’étroit canapé. Madeleine virevolte dans la cuisine et m’accueille d’une brève caresse.

J’aime préparer le dîner, détacher les lamelles de poisson, découper des bouchées de viande blanche ou rouge que je cuisine pour nous quatre. Après le repas, ils retournent devant la télévision, immobiles et calmes. L’air endormi si ce n’était la dague d’un regard parfois lancée à travers la pénombre. Je m’approche de  la fenêtre. Derrière les pointes des grilles  qui accrochent l’éclat des lampadaires, la rondeur sombre des  fourrés agités de mouvements furtifs. Ils se croient hors de vue mais les nouvelles jumelles à  infra-rouges  reçues au bureau, raison de service, les exposent comme le ferait un projecteur . J’aime qu’ils sortent en rasant le bord des massifs sans soupçonner, parmi les centaines de fenêtres aveugles, la mienne qui les fixe. Je reconnais les habitués, je leur ai donné des surnoms selon leur allure : le serpent, la fouine, la tortue... Certains ressemblent aux ragondins dont je connais le moindre misérable secret. C’est mon métier : récolter, recouper, transmettre tout ce qui menace la sécurité intérieure (La suite)



Partager cet article

Repost 0
Published by léonie Colin
commenter cet article

commentaires

Léonie Colin 20/12/2008 14:05

merci Jean-Paul, Noël approche, la dernière fenêtre aussi ...

jean-paul 19/12/2008 23:36

Je découvre seulement maintenant ces petits bijoux...

Léonie Colin 19/12/2008 21:35

Exact, un peu d'exercice physique avant les fêtes !

Laurence M 19/12/2008 20:22

C'est un jeu de piste ce soir, alors ! ...

Profil

  • Léonie Colin

M'écrire

sylvetteheurtel@aol.com

Recherche