Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2009 5 23 /01 /janvier /2009 08:01



La taille étranglée, ronde et luisante , elle longe l’arête au défi de  la pente abrupte. Elle va si vite , je profite de son apparition pour  détailler d’un œil exorbité sa démarche saccadée,  ses pieds effilés, brièvement accrochés aux fibres, les reflets rouges de ses courbes, la sécheresse de ses membres.

Sa silhouette quasi métallique découpe la clarté de la toile comme l’ombre de ces marionnettes indonésiennes que tu as suspendues devant la grosse lampe orange. Tu as  l’art de déposer  autour de nous les  objets glanés au loin ; passé l’instant de surprise on se dit qu’il n’y a pas d’autre endroit possible . C’est le cas de ces pantins sinueux. Le soir leurs membres grêles et leurs profils grecs dessinent devant  l’abat-jour   des arabesques aussi familières que l’arrondi, lové parmi les coussins, de Chat.

Entre ses longues siestes , sortant  de son immobilité minérale, il traverse  du bout des pattes le fatras de livres et de jouets épars sur la table basse, sans rien toucher (...)



Partager cet article

Repost 0
Published by Léonie Colin
commenter cet article

commentaires

Léonie Colin 24/01/2009 09:18

:-)
Je poste la suite ...

coline Dé 23/01/2009 22:29

J'aime comme toi ces étranges ombres colorées, qui vivent sur des draps tendus des destins de fumée...j'ai eu l'occasion de les voir animées par un authentique dalang, et c'est fascinant, comme elles semblent voler.
Tu les décris avec cette poésie que j'aime tant chez toi, merci, Léonie.

Profil

  • Léonie Colin

M'écrire

sylvetteheurtel@aol.com

Recherche