Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2009 6 24 /01 /janvier /2009 09:48


L’apparition  de théâtre d’ombres va  sortir de mon paysage ,  la fourmi a fini de longer le pli du drap. Je détaille une dernière fois ses antennes coudées en mouvement , ses mandibules massives , l’accroche articulée de son abdomen. Tant de sauvagerie dans l’univers blanc  de ma énième chambre d’hôpital me bouleverse. Mon fils est  tout près. Je sens qu’il s’affaire à récupérer l’insecte dans une petite boîte comme je l’ai souvent vu faire au jardin

 -C’est une dendata , un soldat. Maintenant  j’ai une deuxième fourmilière à la maison et j’en ai trouvé une , en dôme , dans le parc près de la sapinière. Des Rufa.

  Il se penche vers moi. Ses yeux dans le mien, je retrouve le choc du  premier regard échangé à sa naissance, ce plongeon dans un puits sans fond . Happé par l’être minuscule à demi plié entre mes mains , j’avais tout oublié pendant quelques instants : ta douleur, les étrangers qui nous entouraient, le danger repoussé .

Aujourd’hui il est au-dessus , c’est moi qui suis inerte , vulnérable, désarmé.


Partager cet article

Repost 0
Published by Léonie Colin
commenter cet article

commentaires

Léonie Colin 25/01/2009 20:27

merkiiii Coline, je suis passée sur la Rance aujourd'hui, j'ai vu la mère Oie qui habite le port.

coline Dé 24/01/2009 22:51

J'aime tes mots, Léonie...

Profil

  • Léonie Colin

M'écrire

sylvetteheurtel@aol.com

Recherche