Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 22:57


J'ai d’abord vu  les bières sur le tapis devant la caisse du petit supermarché, un pack de vingt-quatre bouteilles et vingt-quatre cannettes d’aluminium rouges et noires. Rien d’autre. Ses mains ont posé la barre métallique pour que je puisse déposer mes courses. Carottes, oignons, yaourts. Les ingrédients de la vie saine. J’ai remercié en levant les yeux vers lui et j’ai calé devant son regard. L’intensité et tout de suite le volet tiré vers le bas. L’éteignoir sur l’intelligence. J’ai souri un merci et dévié poliment . La civilité veut que près de ce jeune homme qui pourrait être mon fils, il a quoi dix-neuf  vingt ans, je sourie et je regarde ailleurs vite. Très vite. La caisse est en panne , ça traîne. Où est-ce que je l’ai vu, il y a pas longtemps ? Où ? Et cette odeur d’alcool exhalée par tous les pores que je sens près de lui.

Comme près de G lorsque je regarde rire ses yeux mouillés , plus vieux que lui, et que je le serre contre moi « Fais attention, à toi et aux autres, G », avec l’envie de hurler « Espèce de petit con, tu crois que t’as le droit de te détruire comme ça, je ne sais pas ce qui me retiens de t’en coller une, et ta copine, t’as vu comment  elle souffre ? »

Où ai-je vu ce jeune homme aux mains pâles qui attend comme moi que la caissière remplace son rouleau « Désolée M’sieurs-dames, y faut c’qui   faut !» Sourire, chewing gum, fatigue. 

Ça me revient. Il partageait ta chambre d’hôpital hors d'âge il y a un mois. Assis près de la fenêtre aux petits carreaux donnant sur le cimetière, séparé de toi  par le rideau, toute la journée devant un sudoku. Les yeux cernés de bleu. Seul.

A ma question muette, tu avais répondu à mi-voix « Sevrage d’alcool sur jugement. »


photo: Julie Heurtel

Partager cet article

Repost 0
Published by Léonie Colin
commenter cet article

commentaires

Léonie Colin 15/02/2009 23:22

Merci pour elle :-))

eva baila 15/02/2009 22:47

Magnifique photo.

Léonie Colin 01/02/2009 19:46

@ Temps, c'est vrai que ça fait peur le présent , et l'avenir qui se résume à manger le lendemain. Dans la ville ouvrière où je vis , peu de diplômés, même sous-payés, mais une pauvreté et une fragilité qui gagnent, des gens qu'on voit perdre pied...
@ Laurence, c'est terrible cette fuite du regard...
@ Coline, c'est vrai , il faut leur dire. La question est comment. Jamais je n'ai réussi à dire ces choses là comme je l'aurais voulu. Mais tu as raison !

coline dé 01/02/2009 14:03

Oui, Léonie, il FAUT leur dire, à tous les G. de notre entourage, qu'on les voit se détruire et qu'on n'est pas d'accord ! Sinon, ils croient à notre indifférence et plongent encore plus...

laurence M 01/02/2009 09:33

Le rideau tiré vers le bas et la vie enfermée dehors...

Profil

  • Léonie Colin

M'écrire

sylvetteheurtel@aol.com

Recherche