Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 19:36
Parenthèse

 

Un vendredi printanier, entre fin de journée et commencement du soir. L’air est empli d’une odeur verte et forte, chargée de pollen. Un merle s’époumone sur l’arête d’un toit, dans les dernières heures de ce vendredi soir comme les autres, prémices de week-end… Pourtant, au seuil de cette soirée en devenir, je frissonne. Il fait froid.

Le feu dans la cheminée tiédit l’atmosphère. Je traîne dans la cuisine en me disant que je vais me préparer quelque chose à manger. Ce soir, demain, ce week-end, la maison est à moi : deux jours entiers de solitude offerts comme une parenthèse dans l’agitation de la vie. Noyée dans le quotidien, j’ai perdu l’habitude de vivre à ma guise, à tel point que je ne sais comment me dépatouiller de tout ce temps qui m’est accordé.

Une bûche se casse en crépitant et je sursaute, comme prise en faute. J’avais décidé de ne pas céder aux sirènes de la télévision, pourtant, je prends, repose, reprends la télécommande. J’ai déjà fini de manger. Une omelette aux croûtons, façon sud-ouest, arrosée d’un côte de Duras. Je me réserve le dessert - du riz au lait - pour le petit creux de vingt-deux heures. Calée dans le canapé, je sirote un dernier verre. J’ai mis une chaîne au hasard, la trois, je crois. Aucune idée du programme. J’attends.

Et, tout à coup, une drôle de sensation m’envahit. Un générique annonce l’émission de la soirée. Du bleu, des notes et une voix que je reconnais. J’ai envie d’éteindre la lumière, de me blottir dans les coussins, d’ouvrir grand les yeux pour regarder la mer. Une image se dessine dans ma tête, tourbillon de petits poissons qui s'ébattent à la fin d’un générique en forme de film d’animation. Ce vendredi soir me ramène en enfance à l’heure d’un rituel télévisuel au nom magique : Thalassa, la mer. L’océan, part de moi qui me manque…

L’émission, ringarde et pépère pour certains, a le même âge que moi, à un an près. Nous n’étions pas des fondus de télévision dans la famille mais Thalassa, avec la bouille tout-sourire de Pernoud, c’était notre rendez-vous, une occasion d’être ensemble et de parler. Parfois, nous apercevions les grues des Chantiers de l’Atlantique et le pont sur l’estuaire, avant d’embarquer pour suivre la trace des baleines, sillons blancs dans une mer céruléenne et froide. Ces voyages m’ouvraient de fenêtres sur l’ailleurs, agrandissaient le monde. Les images mouvantes revenaient plus tard, dans l’obscurité de ma chambre, dans le lointain de mes rêves. J’imaginais : un jour, je partirai. Un jour, je serai journaliste à Thalassa…

Ma soirée solitaire se transforme en parenthèse télé. Je remets une bûche dans la cheminée et éteins la lumière. Les flammes et l’écran éclairent étrangement la pièce. Finalement, je vais prendre une bonne tranche d’enfance pour le dessert.

Frédérique Trigodet

(photo: merci Julie)

Partager cet article

Repost 0
Published by Léonie Colin
commenter cet article

commentaires

anne+veillac 11/05/2009 19:32

Super ! Un vrai plaisir de lecture.

Guylou 11/05/2009 09:01

Très joli ! Et dire que je l'ai loupé moi ce Thalassa !

laurenceM 11/05/2009 07:42

Ah , Thalassa ! Inmanquable rendez-vous du vendredi soir ...j'aime beaucoup lorsque tu dis que les voyages "agrandissent le monde ".Des" tranches d'enfance pour le dessert ", comme c'est joliment exprimé !

Léonie 10/05/2009 21:38

Moi, la musique de Thalassa me fait également un effet terrible, presque aussi émouvant que celle de feu Apostrophes ...

Profil

  • Léonie Colin

M'écrire

sylvetteheurtel@aol.com

Recherche