Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 07:01


Au début ce n’était qu’une fine lézarde aux contours indécis, perdue au milieu des dessins de la toile de Jouy qui ornait les murs de ma chambre ; la probable griffure d’un chat de passage que mes ongles agrandissaient, soir après soir, avant de m’endormir.

Pourtant, très vite, les personnages figurant sur la toile, ne suffirent plus à mon endormissement ; j’en avais cerné tous les caractères, exploré toutes les scénographies. Il me fallait autre chose.

Un soir, d’un geste rapide et précis, je décollai un peu plus le morceau de papier qui déjà s’effilochait. Quel ne fut pas mon étonnement de découvrir, soigneusement collés l’un sur l’autre, non pas un, mais trois autres papier peints, tous remplis de personnages, de fleurs multicolores et d’oiseaux de paradis; un trésor d’aventures nouvelles se découvrait sous mes yeux enchantés.

Evlin H.          Juin 2009 

Partager cet article

Repost 0
Published by Léonie Colin
commenter cet article

commentaires

Léonie 30/06/2009 09:19

Au fait, il y a quoi de l'autre côté des arbres et des bateaux du paier peint?

laurenceM 29/06/2009 16:01

voilà comment on épluche le passé! Très joli, mais on a envie de connaître les dessous de l'histoire, à présent ...

Catherine MORICE 29/06/2009 13:34

çà sent bon l'enfance... le plaisir de la découverte en solitaire de l'inconnu mur caché par le papier..couche par couche... toujours plus loin...vite la suite..je veux savoir jusqu'où on peut aller...

Valérie 29/06/2009 08:44

De vieux papiers peints qui dessinent les dessous intimes du passé, l'imaginaire au bout d'un coup de griffe... Merci pour ce très beau texte !

Profil

  • Léonie Colin

M'écrire

sylvetteheurtel@aol.com

Recherche