Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2009 2 14 /07 /juillet /2009 11:02

Un trèfle de lumière sur un mur fissuré…


J'ai acheté des murs.

Pour nous. Pour donner un lieu à un bonheur qui a lieu. Pour rassurer ma petite inquiète. Pour l'ancrer.

Des murs de granit qui enserrent un jardin ombreux, de hauts murs où le lierre insolent  étale son attachement. Une cité d'oiseaux, une ville de nids. Pour ma petite errante, j'ai acheté un empire de murs.

Elle y fera régner son sourire, elle y fera naitre des hirondelles.

Assise dans le foin, elle contemple la maison d'un air ravi, une lueur incrédule au fond des yeux. La lumière est dorée, il y a dans l'air la magie de fées bienveillantes, la douceur d'un été finissant, d'un amour débutant.

Elle regarde cette maison  − à elle ! − qui n'existe pas,  mais qu'elle voit : les fenêtres qui viendront s'ajuster aux ouvertures béantes, les chemins qu'elle tracera dans ce jardin-friche.

Elle habille en pensée  cette carcasse de maison, tapisseries, voilages, rideaux, elle distribue l'espace, elle fait des plans innombrables, et je la regarde, ma petite souris furtive qui s'installe dans son rêve, et je déborde d'amour.  Comme je lui suis reconnaissant de me permettre de la combler avec ce peu : une vieille maison en ruine qui a mangé mes quatre sous !


Elle furète, explore et s'extasie : " et les murs, tu as vu l'épaisseur des murs ? !"

Soixante centimètres de pierres suffisent à lui donner la richesse ; soixante centimètres et rien d'autre : le sol est de terre battu, les portes de planches, le toit délabré, j'ai acheté une ruine à ma princesse, et je suis heureux comme un roi.


− On va dormir ici, hein ?

On a fait notre lit de foin à l'étage, et dormi greffés l'un à l'autre.


Une hirondelle salue le jour d'un murmure éclatant. J'ouvre les yeux sur mon bonheur. Ma petite enfant dort encore et me sourit déjà.

Il est cinq heures. A travers le toit troué, un rayon pose une tache de lumière sur la pierre nue, en face de moi. Une marée douce me submerge.

Le bonheur, ce n'est rien d'autre qu'un trèfle de lumière sur un mur fissuré.

Coline Dé

Source de l'image

Partager cet article

Repost 0
Published by Léonie Colin
commenter cet article

commentaires

Coline 12/08/2009 11:22

Un vrai plaisir d'avoir une photo de Khass sur mes mots !

Et un grand merci, Alain, aucun commentaire ne pouvait me faire plus plaisir !

Mrs K 31/07/2009 19:50

Meuuuuh non , c'est juste que je trouve marrant mon mur de cuisine là avec les mots de Coline. Je t'ai fait un petit mail.
des bisous

Léonie 30/07/2009 20:12

Oh oui, Kass, c'est le mur de ta cuisine déjà cité, j'ai mis un lien avec ton blog mais je ne t'ai pas redemandé :))Je blogue un peu express à la sauvette en ce moment...tu ne m'en veux pas?

Mrs K 26/07/2009 18:44

J'aime beaucoup les mots de Coline, il y a toujours beaucoup de douceurs.
J'ai par contre vu ce mur quelque part ;)

alain 21/07/2009 20:43

Le talent n'est nulle part plus à l'aise qu'en liberté. Et chez Coline, la liberté est une seconde nature...

Profil

  • Léonie Colin

M'écrire

sylvetteheurtel@aol.com

Recherche