Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 14:08


 

AE1

 

Maryvonne  boutonne son manteau à la porte du salon - Bon alors j’y vais les filles, n’ouvrez  la porte à personne, votre père va rentrer à huit heures     - D’accord, à demain. On répond  d’une seule voix, ma soeur et moi.

On lit. Yolène à plat ventre sur le canapé couvert d’un drap blanc, moi   assise sur le tapis, adossée tout près d’elle . Quand elle secoue ses cheveux je sens la gifle de l’air qu’ils déplacent .

On est comme des jumelles  toutes les deux, sauf qu’il y a un an et un jour entre nous et qu’on ne se ressemble pas. Je suis arrivée la première, comme d’habitude, mais Yolène m’a déjà rattrapée en taille depuis l’été dernier. Comme d’habitude. Ses jambes ont poussé tout d’un coup , maigres avec des bosses aux genoux ; moi je suis plus ronde avec la peau brune . On a les mêmes cheveux   épais et bouclés. On s’aide à les brosser le matin. Tant que Maman est à Paris.

Sitôt Maryvonne  partie, je vais chercher deux verres de jus de fruits et  je les pose  par terre; Yolène se tourne , s’assoit et pose ses pieds sur le tapis à côté de moi. Elle a une chaussette bleue et une jaune, ça fait toujours râler Maryvonne - J’ai jamais mon compte les filles, vous mélangez tout, comment je peux tomber juste pour mes lessives ?

Ma sœur me donne un coup de coude. Je marque la page de  mon livre, trois romans par semaine,  j’adore lire mais ce que j’aime le plus, c’est quand nous sommes seules toutes les deux dans la maison après l’école. Quand  Maman est là, on fait nos devoirs à cette heure-là, dans notre chambre. On la rejoint  dans le salon pour les lui montrer ou lui demander de l’aide. Elle a sa manière à elle, pas du tout comme les profs, une fois qu’elle a expliqué c’est pire qu’avant, on n’est plus sûr de rien et en plus on n’ose pas le lui dire. Mais ça fait rien, on aime bien qu’elle nous aide. Ce qu’on adore le plus, c’est après, quand on a terminé : elle se met au piano et elle chante. Pas pour travailler, spécialement pour nous. Rien que d’y penser, j’ai l’impression que mes poumons se gonflent tout seuls pour un drôle de soupir coupé en morceaux. Yolène est comme moi, c’est trop de bonheur quand on est toutes les trois. Toutes les deux c’est bien aussi, on en profite pour travailler boire et manger dans le salon en se tenant très mal, vautrées, allongées, les pieds sur le canapé. L’appartement est à nous. Déjà quatre mois qu’on en profite .

Je me lève, Yolène  attrape la petite nappe brodée par un coin et la fait voler  sur le philodendron qu’elle recouvre comme un voile. On dirait  une mariée au visage  vert et tordu. Le couvercle   du coffre d’osier grince, les foulards  brassés la dernière fois  dessinent une boule soyeuse de toutes les couleurs. On les jette  tout autour de nous. Le tissu  brillant apparaît dans l’ombre, je  saisis la robe par les épaules  et je la brandis  en me relevant, le bas de la  jupe frôle le tapis malgré mes bras tendus. Yolène me la prend  et la fait tourner ; comme elle est plus grande, ça traîne moins. J'ai une envie terrible de la voir vêtue du satin bleu , l’encolure arrondie sur ses salières creuses , les  plis froncés autour de sa taille mince  -S’il te plaît, mets-la, Yolène alleeez. Elle cesse de tourner et me regarde, les yeux noirs - Non, je ne veux pas ! Je suis en colère, j’ai tellement envie de voir bouger la robe comme si elle allait prendre vie, ma sœur se fâche à son tour - Je ne la mettrai pas et c’est tout, laisse-moi !

Elle la jette dans le coffre resté ouvert et part en courant, renversant un verre sur le tapis. J’ai envie de la poursuivre, de lui demander encore, mais le réveil sonne sept heures et demie, l’heure d’allumer le four. Papa va arriver (...)

 

Source de l'image

Partager cet article

Repost 0
Published by Léonie Colin
commenter cet article

commentaires

léonie/marisol 07/12/2010 19:37


merci à toi, cette nouvelle est inédite, je me demande encore ce que je vais en faire...Elle m'a été inspirée par un film de Mariana Otero, Un Secret, qui m'a vraiment touchée ...


ptit lu 07/12/2010 16:14


J'ai beaucoup aimé ce texte et le bon moment qu'il vient de me faire passer. Les yeux rivés à mon écran, les mains collées sur une tasse de chocolat brûlant, les pensées perdues dans ton histoire
jusqu'au ... Et après ? Merci à toi


Mary 27/11/2010 17:13


j'ai reconnu le style de Léonie Sylvette


léonie/marisol 24/11/2010 18:15


Celle-là n'est pas dedans...J'ai envie de programmer une collecte de débuts, qu'en penses-tu? j'aime bien les commencements


EmmaBovary 24/11/2010 13:37


La suite au prochain recueil?


Profil

  • Léonie Colin

M'écrire

sylvetteheurtel@aol.com

Recherche