Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 19:24

Exte.jpg

          Dans mon dernier recueil Contes Déraisonnables, la nouvelle Merci Charles racontait l'histoire d'un petit éditeur d'art courant après la trésorerie pour continuer à publier ...Pour ceux qui l'ont lue, le héros nommé Charles du Gué, comme son grand-père, publiait les carnets de son aïeul, histoire de finir en beauté. Ce geste de fidélité devenait une bonne affaire : le livre rencontrait un engouement totalement inattendu...


Henry des Abbayes, mon éditeur, est en train de vivre ce genre de success story surprenante: il a décidé de republier la flore de son grand-père Henry des Abbayes, un grand professeur de biologie décédé en 1971. Ce projet compliqué, entrepris par fidélité familiale, est en passe de devenir une réussite extraordinaire. Pour l'instant il a multiplié ses prévisions par trente et ce n'est pas fini. Les commandes affluent et le petit-fils reçoit des appels de toute l'Europe...Moi je dis que la vie est belle, parfois!

A propos du professeur Henry des Abbayes c'est par ici.

  La flore d'Henry des Abbayes aux éditions Henry des Abbayes, c'est ici

 

flore-jpeg-copier.jpg


  Le début de Merci Charles, histoire de pousser mon recueil (qui marche bien aussi, merci, bientôt en réédition)                                     

 

                                              Merci Charles 

 

-         Monsieur Lerable va vous recevoir.

Une demi-heure que Charles attend, une demi-heure à regarder les deux  filles de l’accueil, à  écouter monter  leurs voix aigües aux intonations nonchalantes, sonner les téléphones, chuinter  la porte électrique …

Il se dresse lorsque le banquier apparaît mais l’autre lève une main pâle - Un instant s’il vous plaît ! Charles se rassoit sur le fauteuil neutre, encore attendre.

L’an dernier en partant  pour la banque il lançait souvent à Sarah - Je vais travailler au développement du Rable !  il se moquait  du petit jeune homme exagérément aimable aux chemises irréprochables. L’horizon a noirci, entre impayés et marché flageolant, sa trésorerie a fondu, le nom de son conseiller bancaire ne l’amuse plus.


Il  répète ses arguments pour être prêt tout à l’heure - Juste mille euros, un paiement va arriver le onze, il me manque deux semaines de cash,  le lising de ma dernière machine…Quelques mots anglais pour un fait indiscutable : sans cet argent  les éditions du Gué n’ont  qu’à fermer.

Le banquier fait mine de  s’étonner de sa présence,  comme s’il était venu par hasard, ils ont pourtant rendez-vous. Au début de leur histoire le costume avançait vers Charles avec animation, la main  et le sourire l’agrippaient, la jovialité de M.Lerable le surprenait toujours un peu. Aujourd’hui le conseiller paraît chercher un moyen de retarder leur entrevue, pivote enfin vers lui, lève les yeux et fait mine de le remarquer sur sa chaise  - Ah Monsieur du Gué ! Allons-y !


Charles se lève, la paume à peine effleurée lui  laisse une écœurante sensation de douceur crémeuse, plus du tout la virile poignée de main de leurs débuts. Il prépare ses mots, craint de parler trop vite, trop fort, de sembler trop véhément.

-         Je n’ai besoin que de mille euros jusqu’au onze …

Il doit étirer  sa voix  comme une pâte trop dure, une encre figée. Mille euros, presque le prix des bottines qui luisent en vitrine chez Emery.

-         Vous savez Monsieur du Gué …Le banquier s’adresse à lui avec la solennité d’un vieux sage, d’un chaman délivrant  l’oracle d’un feu d’herbes odorantes. Vous savez Monsieur du Gué, mille euros c’est beaucoup au regard de vos rentrées d’argent et de votre trésorerie qui est plutôt…déficitaire.


Les lèvres  pâles crachotent le dernier mot, Charles regarde la bouche du banquier faire un rond, pense à un poisson  et regrette d’être venu.

 Il se lève,  il n’aura rien ici, il ne va pas  subir une leçon de morale en plus. Peu importent la beauté de ses livres, l’univers  de sa minuscule librairie,  les tirages de têtes, les éditions rares. Entre ces murs, il est  quelques chiffres sur un tableau : petites rentrées d’argent, petites dépenses, client négligeable. Déficitaire.(...)

Partager cet article

Repost 0
Published by Léonie Colin
commenter cet article

commentaires

SYLVETTE 28/02/2012 08:47

A Jugon il sera devenu une star notre ami Henry Delmail.The_lichenical_collection_of_Professor_des_Abbayes_incorporated_inthe_herbarium_of_the_University_of_Rennes_1_(REN).pdf

Alain Emery 28/02/2012 07:28

Ce genre de succès, en dehors des sentiers battus et rebattus, ne peut que me réjouir! Dis-lui d'en garder quelques-uns pour Jugon!

SYLVETTE 27/02/2012 14:05

Je me doutais que cette histoire te parlerait, Parisianne...

Parisianne Musardises 27/02/2012 13:16

Voilà une nouvelle qui me fait un immense plaisir pour Henri et la mémoire de son grand-père, pour ces machines que j'entends toujours dans ma tête, et tout l'investissement que demande ce
métier.
Bravo à toi également Sylvette, tes contes méritent ce succès.

SYLVETTE 27/02/2012 12:30

Ouaip! Il le vaut bien!

Profil

  • Léonie Colin

M'écrire

sylvetteheurtel@aol.com

Recherche