Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 21:50

Dépossession

 

Elle est comme moi. Les yeux grands ouverts, tournés vers la mer. Prête à affronter la rumeur et la colère, l’apathie, le sel, l’ardeur du soleil.

Elle n’est pas grande, juste ce qu’il faut. Son cœur abrite un foyer qui sent le bois, la tourbe et l’herbe sèche. Autour, quatre petites pièces, dont deux à l’étage, celles où l’on dort. De là, le regard porte loin par la fenêtre et l’océan paraît plus grand encore.

Assise au jardin, l’été, je regarderais passer les bateaux, les rares voitures, des cyclistes et des promeneurs pressés de boucler leur tour. L’hiver, c’est à travers le carreau que je contemplerais le jour qui s’éteint à la lueur intermittente du phare.

Elle est comme moi. L’immensité lui suffit. Nous sommes faites pour nous entendre. Je m’accommoderais de son caractère granitique, un peu rude et austère, de maison qui a déjà amplement vécu. Nous pourrions combler nos solitudes et apprendre de nos multiples existences.

Je pourrais vivre là, plantée sur cette île, le regard accroché à la mer, comme elle. Pourtant, je ne serai jamais à elle, ni elle à moi. Pas d’île, ni d’elle, ni de moi, ni de nous.

Car quelqu’un d’autre vient de l’acheter.

Frédérique Trigodet

« J'écris (nouvelles, poésie...) et anime des ateliers d'écriture ( http://www.proseecriture.blogspot.com/ ). Je m'occupe aussi de « Pr’Ose ! », revue qui invite au vagabondage littéraire ainsi qu'à la (re)découverte du monde, d'univers intimes et de pays ignorés. Avec les mots comme bagages, « Pr’Ose ! » emmène le lecteur en voyage, dans et au-delà du quotidien, de texte court en nouvelle et de nouvelle en poésie... "

bato-004.jpgLihou, île de Guernsey



Partager cet article

Repost 0
Published by Léonie Colin
commenter cet article

commentaires

Maryline 26/03/2010 17:55


Je découvre ce blog petit à petit comme une maison que l'on emménage...j'ai découvert ce boudoir où je peux m'asseoir et lire ces lettres où il est question de domaines secrets et enfouis dans
l'imaginaire collectif...Très beau texte, je ne sais pas qui à dit nous sommes riches de ce que nous possédons pas encore...Bien à vous toutes et tous de vous lire ici. Maryline


Léonie Colin 22/03/2010 09:42


La maison rêvée présente l'avantage de se situer là où tu le choisis, elle n'apporte aucun problème d'entretien, de voisinage, de conduite de travaux. Jamais personne ne construira d'édifice entre
les fenêtres de la maison rêvée et la mer ; les îles proposent toutes des gîtes où venir écrire et rêver...Il y a trop de maisons vides sur les îles, des maisons de nantis qui y passent un mois par
an. On est plus riche d'une maison rêvée que d'une maison vide, Emma


EmmaBovary 19/03/2010 16:57


Merci à tous pour vos commentaires. Cette histoire n'est qu'à moitié vraie puisque je n'aurai jamais les moyens de vivre dans une maison et encore moins sur une île! Mais, comme le dit M. Marzuolo,
j'ai ma forteresse... Pas de maison où vivre mais une écriture à habiter.


marzuolo 19/03/2010 14:06


Je ne crois pas qu’une maison appartienne à ceux qui l’achètent. Rien n’appartient jamais à personne d’abord. Une notion de la propriété que je supporte, c’est précisément celle que vous exprimez
dans « dépossession » ….
Maintenant il y a la forteresse, celle où l’on se retranche quand les autres veulent vous empêcher de respirer selon votre souffle propre.
Tenir entre ces deux approches, si c’est possible.


annick.demouzon 14/03/2010 11:21


Les rêves de possession des maisons,ces maisons toujours inaccessibles, je m'y reconnais. Comment y échapper?
Hélas, impossible
Joli façon de le dire...
Mélancolie. Simplicité.
Et,pour finir, toujours, ce rappel de la réalité: ne va pas top rêver...


Profil

  • Léonie Colin

M'écrire

sylvetteheurtel@aol.com

Recherche