Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 09:29

                                                                            

images-copie-3.jpg

 

                                                                                    source de l'image

 

                                                    Liaison

 

J’ai fait sa connaissance un peu avant Noël, un samedi je crois. Il était beau, fort, carré d’épaules. Sûr de lui. Rassurant. J’ai tout de suite été conquise. Je ne me lassais pas de le regarder. J’avais envie de le toucher, j’hésitais. A son invite, je m’y suis risquée. Je suis vite passée aux caresses, timides au début, de plus en plus osées ensuite. Toujours tendres. Et puis, la première fois… Ah, cette première fois ! Elle a duré une heure et demie et ça m’a paru si court ! J’ai eu envie de recommencer, encore et encore. C’était si bon, à chaque fois j’étais comblée. Heu-reu-se !

 J’aimais sentir ses courbes sous ma main, j’aimais le papouiller, le malaxer. J’aimais enfoncer mes ongles dans sa chair satinée. Le découvrir par petites touches. Et puis aller plus loin, jusqu’aux tréfonds de son intimité. En savoir toujours plus sur lui, lui arracher ses secrets. Je me contemplais dans son regard comme on se noie, m’engloutissais en lui. Nous ne faisions qu’un et le temps était aboli.

Ma famille s’est vite rendu compte de mon changement de comportement. Distraite, absente, je m’éloignais d’eux, je m’isolais souvent .Et surtout, j’étais heureuse et ça se voyait. Le soupçon puis la jalousie se sont installés. Je faisais pourtant attention, j’essayais de partager mais sans doute était-ce insuffisant… Il était là, omniprésent, occupant mes heures et mes pensées. Cette liaison devenait envahissante, ça ne pouvait plus durer. Un jour, il a fallu trancher…

— Bon, chacun aura le droit de l’utiliser deux heures, à tour de rôle. Le soir après manger j’aurai priorité étant donné que toi tu peux l’avoir dans la journée. Avant manger on peut le laisser au petit, il aime jouer lui aussi. Le week-end on avisera… Mais pas question de passer son temps dessus sinon on ne fera plus rien ! C’est d’accord ? »

J’ai bien dû accepter les conditions imposées par mon mari, c’était ça ou rien ! Mais que ça a été difficile de partager cet ordinateur tant aimé, lui qui avait bouleversé nos vies ! Lui qui, pour la première fois m’a initiée à l’informatique…

Un jour, il est mort et d’autres l’ont remplacé, tout autant chéris. Aujourd’hui, j’en ai un rien qu’à moi. Que c’est bon ! 

Ghislaine Maïmoun

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Léonie Colin
commenter cet article

commentaires

Elisabeth 08/05/2011 09:16


C'est vrai que tous ces objets, ces appareils qui nous entourent et dont on aurait du mal à se passer, cela fait un peu peur, lorsque l'un d'eux manque, on a du mal à réaliser que, naguère, on
vivait sans...


SYLVETTE 07/05/2011 18:36


C'est pour ça qu'une vidéo doit tout dire en 52 secondes!


Lunatik 07/05/2011 18:24


J'avoue, j'ai pas regardé la vidéo jusqu'au bout... j'ai tenu 53 secondes.

Mais bravo pour le texte. J'ai bien aimé le style plus haché que d'habitude.


danielle 07/05/2011 18:15


Oh la coquine!


djin 07/05/2011 14:15


Objets inanimés avez-vous donc une âme ? En tout cas, ordinateur et voiture ont un corps fascinant et des propriétés attractives sur ce blog où ils vampirisent leurs heureuses détentrices pour
notre plus grande mystification -lol-.


Léonie Colin 07/05/2011 14:19



On dirait que l'érotisation des objets est à son comble, le printemps sans doute



Profil

  • Léonie Colin

M'écrire

sylvetteheurtel@aol.com

Recherche