Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 15:31

Je ne lis pas assez vite: je travaille et j'écris aussi, c'est pourquoi les recueils d'Alain Emery, Gaëlle Pingaut et Valérie Brun m'attendent encore. Je viens de terminer Selon Elles, de Sylvie Dubin aux éditions Siloë.

D'abord, Sylvie Dubin je la connais: je l'ai rencontrée aux Escales de Binic en 2010, j'en avais gardé une grande admiration pour son texte primé, L'empouse, et le souvenir d'une rencontre chaleureuse, un peu frustrante faute de temps. Même chose à Jugon, en pire. Le plaisir d'être tous ensemble avait son revers, le manque de temps pour parler à tout le monde; ce n'est que partie remise et en attendant j'ai lu Selon Elles.

Ces sept histoires de femmes sont adressées "A l'infidèle, la mal-aimée, à la rebelle, la prostituée, la criminelle et l'innocente, à la jalouse ou l'adorée, (...)",  tout est dit.

Embarqué par un portrait dans cette galerie mouvante et souffrante, on en ressort par un tableau d'Ingres où la chute d'un livre annonce et résume le drame en train de se jouer. sylvie.jpg

Comme sur ce tableau où simultanément l'assassin serre le poing sur son arme, le couteau luit dans son fourreau, l'amant enlace son infidèle amoureuse et le livre échappe aux mains de la jeune femme, les nouvelles de Sylvie Dubin m'évoquent des instantanés à plusieurs dimensions: on voit la chambre, le ciel, la femme qui souffre et celui qui la regarde, on saisit ce qu'il y a eu avant et on pressent le poids de ce qui va suivre...sans pour autant le deviner car les chutes surprennent pour de bon. Le trait est précis, rien que l'essentiel, parfois juste l'ombre pour dire le plein; portraits épurés, éloquents à la manière d'un Quijote de Picasso: rien de trop, mais tout est là. En exergue de chaque texte une citation poétique annonce le climat et continue à résonner pendant la lecture. Ma préférée est Who is this guy?, périple d'un couple à travers les Etats Unis: un voyage rien que pour eux  deux dont ils ne reviendront pas indemnes. J'ai adoré cette histoire que je m'en voudrais de trop dévoiler.

Ce petit recueil de bonne facture est imprimé en France, tient dans la poche ou la boîte à gants et ne coûte que dix euros: On aurait tort de s'en priver!

Partager cet article

Repost 0
Published by Léonie Colin
commenter cet article

commentaires

Parisianne Musardises 30/11/2011 14:51

Je ris en vous lisant, j'imagine parfaitement la scène de votre trio : Alain bien entouré de deux talents côte à côte, je peux venir pour la photo !
Pour ce qui est du livre de Sylvie, je ne pourrai pas vous contredire !

SYLVETTE 01/11/2011 19:13


Quel courage! J'espère que tu n'es pas sous l'effet d'une espèce de liquide vert venu des Alpes...(j'ai des photos) A part ça, ce qui est bien avec Jugon, c'est qu'à peine la journée passée, on se
réjouit déjà de la prochaine édition, Henry est assez inconditionnel aussi!


alain 01/11/2011 19:07


C'est à vous que je souhaite bien du courage: si je vous mets côte à côte et que je m'installe entre vous, ça signifie que je serai sur vos genoux. Vous allez trouver le temps long...
Mais tien, pour passer une soirée avec vous deux, je veux bien rester debout!


SYLVETTE 01/11/2011 19:01


Chouette!
Et heu...Bon courage pour toi ;)


alain 01/11/2011 18:57


J'ai dit ailleurs (et pour ainsi dire partout...) le bien que je pense de ce recueil. Sylvie Dubin est un talent incontestable. Une écriture chaleureuse (à son image), érudite et simple à la fois.
Qui plus est une amie.
Sylvette, l'an prochain, je vous installe côte à côte à Jugon: vous avez suffisamment de points communs pour vous entendre. Et je me garderai une place entre vous, juste parce que j'aime être bien
entouré...


Profil

  • Léonie Colin

M'écrire

sylvetteheurtel@aol.com

Recherche