Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 13:53

bonshommes de neige 008


(...) L’hiver, j’ignore où je le passerai. Dans l’animation joyeuse et les lumières multicolores d’une cité préparant les fêtes ? Dans la quiétude apaisante d’une cabane perdue au fond des bois ?

Qu’importe finalement, du moment qu’il y ait de la neige, beaucoup de neige.

La neige, je l’adore depuis toujours. Enfant déjà, aux premiers flocons qui virevoltaient, je me précipitais à la fenêtre. Le maître d’école hurlait : « Rémy, à votre place. Immédiatement ! » Moi, je ne l’entendais même pas, je ne me souciais ni de la punition, inévitable, ni des cris, ni des taloches de mon père qui ne manquaient pas, sitôt rentré à la maison, d’être la conséquence de mon indiscipline. Non, j’étais envoûté par le ballet de ces plumes de glace, de ces bisous gelés d’une fée plus mystérieuse qu’inaccessible.

Alors, là-bas, il peut en tomber tant et plus, les routes peuvent être bloquées, le ravitaillement difficile, l’important, c’est de retrouver l’hiver, le vrai, froid, vif, piquant. Celui qui permet de jouir de la chaleur du foyer, et d’un vin chaud, au retour du boulot ou de promenade, de resserrer les liens avec les voisins, les amis, de se sentir vivre, simplement.


Et puis, forcément, il y aura les Québécoises.

Toutes sortes de Québécoises, toutes plus jolies les unes que les autres. Des grandes, des minces, des petites grosses aussi. Des brunes, des blondes, avec des seins ronds ou pointus, des fesses charnues, des ventres accueillants. Des rieuses et des boudeuses, des mutines, et d’autres, plus difficiles à conquérir. Seront-elles différentes des filles de chez nous ? Je n’en ai pas la moindre idée… D’ailleurs, pour ce que j’en ai connu, des femmes de par ici, je serais bien en peine de faire la comparaison.

Un jour, j’en ai la certitude, je trouverai la femme, ma Québécoise, ma Blonde. Sans nul doute, elle sera différente des autres, elle brillera d’un éclat particulier qui n’appartiendra qu’à elle, et qu’elle n’offrira qu’à moi. Comment je la rencontrerai, pourquoi elle me remarquera, quelle sera cette lumière unique qui illuminera son âme, je ne le sais pas encore, et cela n’a aucune importance (...)
Jean Gualbert

Partager cet article

Repost 0
Published by Léonie Colin
commenter cet article

commentaires

Léonie/ 17/01/2010 18:18


Ce qui me dérange, c'est ce décalage en bout de ligne que je ne parviens pas à supprimer


Léonie/ 17/01/2010 18:18


J'aime beaucoup ce texte , moi aussi, et je vais bientôt en poster la suite.


Parisianne 16/01/2010 09:25


"Bisous gelés d'une fée plus mystérieuse qu'inaccessible", c'est si tentant effectivement de tendre son visage à la caresse des flocons. Une très belle évocation, tout en délicatesse de la
fascination de l'enfant qui conduit au rêve d'une rencontre à "l'éclat particulier". Merci Hégesippe


Profil

  • Léonie Colin

M'écrire

sylvetteheurtel@aol.com

Recherche