Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 22:25

Il est  ponctuel . Depuis toutes ces années, il n’a manqué le rendez-vous que pour des raisons majeures, des évènements d’un ordre supérieur auxquels nul ne pouvait rien.

La pendule finit de résonner , il est là . Sa voix emplit la pièce, son timbre grave , ses intonations un peu chantantes, le charme de son accent . La chemise légèrement ouverte , il semble avoir eu chaud . Comme toujours au cœur de l’action, il a mille choses à raconter. Elle aime qu’il arrive  ainsi , décontracté, son blouson sur l’épaule. Maman n’aurait pas approuvé, elle disait qu’un homme ne doit se montrer sans  veste qu’en cas de guerre ou d’incendie, et encore. Mais  elle est partie depuis longtemps , elle ne fera jamais sa connaissance.

 Il s’assoit sur un fauteuil. Tourné vers elle, il  l’enveloppe quelques secondes de son regard profond  . Il est encore tracassé, sa vie est  agitée . Rien à voir avec son quotidien à elle, sa solitude dans la grande maison parmi ceux qui sont partis, les uns après les autres, lui laissant la garde des souvenirs . Sans elle, qui saurait nommer les enfants apprêtés dans les cadres d’argent ? Les couples solennels , les hommes à lorgnon et les femmes à tournure ,  leur expression douloureuse échappée du corset serré ?


portraits-de-studio-nice-france-1225309045-1137573

 

 

 

 

 

source de l'image


Partager cet article

Repost 0
Published by Léonie Colin
commenter cet article

commentaires

Léonie/ Marisol/ Sylvette 25/12/2009 16:11


Tant d'histoires restent enfouies dans la mémoire des gens seuls, j'aime les écouter...


laurenceM 24/12/2009 16:09


" lui laissant la garde des souvenirs ... " Voilà ce qui nous guette tous ! Très joli texte, nostalgique, mêlant passé et présent avec douceur.


Profil

  • Léonie Colin

M'écrire

sylvetteheurtel@aol.com

Recherche