Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 21:54




Sur le seuil de la classe, Lucien regarde le drap du manteau de sa mère et le jean de la maîtresse, juste à la hauteur de ses yeux.

Les autres élèves sont partis cartable au dos, une fois de plus elle parlent de lui , les mots s’envolent au-dessus de sa tête pour aller se cogner aux grandes fenêtres et tomber, assommés, sur le carrelage luisant.


C’est vrai qu’il les connaît, ses lettres.

Le a comme un petit escargot peureux enroulé sur lui-même et le P qui le menace , on dirait un marteau prêt à tomber pour l’écraser. Splash. Pour lui P et a , ça fait Splash.

P-a  Pa, c’est quand même pas compliqué, dit la maîtresse pendant que les autres ricanent. C’est pas compliqué redit Maman le soir ,  presque allongée à plat ventre face à lui sur la table de la cuisine, tapotant d’un ongle pointu la ligne de lettres qui dansent, se trémoussent et s’emmêlent, P-a PA ça va de soit, c’est comme B-a BA  et T-a TA. P-a, PA répète après moi -  Pourquoi j’ai pas de père?

Lucien fixe bien droit les yeux de sa mère qui s’immobilise, le doigt encore tendu vers la ligne de syllabes, la bouche arrondie, la voix soudain en panne comme  la radio quand elle n’a plus de piles (...)

Partager cet article

Repost 0
Published by Léonie Colin
commenter cet article

commentaires

eva baila 13/02/2009 23:32

Félicitations...

Léonie Colin 12/02/2009 19:23

Merci Coline, ils sont bien traités chez toi, ton blog en témoigne. .. La clé à mots lettres, rien que le nom!

coline 10/02/2009 21:09

Magnifique, Léonie ! Tu sais faire parler les mots, les enchanter, leur donner les couleurs de la tendresse !

Léonie Colin 28/01/2009 07:40

@ Laurence, il faudrait faire quelque chose de tous ces mots écrasés sous les fenêtres des classes, c'est quand même du gâchis
@ Mrs K: voilà
@ Emma B, comment se faire entendre des adultes mal comprenants, c'est souvent ça l'affaire. Parce que pour comprendre, il faut avoir le temps de s'asseoir à côté d'un enfant pour écouter comment il voit les choses.
Et comme les génies de l'organisation envisagent de moins en moins d'adultes avec de plus en plus d'enfants, la compréhension ne va pas s'améliorer.

EmmaBovary 27/01/2009 21:23

J'ai connu une petite fille qui très logiquement disait: "unième", "deuxième"... et ne voulait pas intégrer le mot "premier".

Profil

  • Léonie Colin

M'écrire

sylvetteheurtel@aol.com

Recherche